Le syndrome du piriforme

douleur hanche

Le syndrome du muscle piriforme n’est pas un mythe. Ce syndrome est plus fréquent dans certains sports.
Il faut savoir l’évoquer en l’absence de signe clinique et radiologique de hernie discale.


Le muscle piriforme a un rôle de ligament actif pour l’activation sacro-iliaque en verticalisant le sacrum en position debout. Il protège les ligaments sacro-sciatiques de tout excès de tension entre les forces ascendantes et descendantes. Il s’oppose à l’élévation de la tête fémorale et maintient le centrage articulaire lorsque le deltoïde fessier fait l’abduction et tend à élever la tête fémorale dans un 1er temps (idem supra-épineux). Il agit également comme un ligament actif pour le ligament ilio-fémoral supérieur en s’opposant à l’exagération de l’extension de hanche.

Certaines douleurs fessières, ou point de départ fessier irradiant dans la jambe peuvent avoir leur origine au niveau du muscle piriforme du bassin.

Cette irradiation est causée par une atteinte du muscle ou d'une compression permanente ou intermittente du tronc du nerf grand sciatique

Les signes sont parfois trompeurs ou peu évocateurs, et rattacher les douleurs à leur cause musculaire présente souvent des difficultés :

Le piriforme fait partie d'un groupe de six muscles rotateurs externes de la cuisse . Il intervient dans l'abduction et l'extension de la cuisse. Comme les autres pelvi-trochantériens, il joue un rôle important dans l'ajustement antéro-postérieur du bassin.

Le muscle piriforme provoque des douleurs fessière haute, profonde, sourde et diffuse en station assise ou à la marche, d'évolution chronique avec des irradiations descendantes dans un trajet sciatique plus ou moins tronqué, liée à une irritation du tronc sciatique ou du nerf cutané postérieur de la cuisse au contact du bord inférieur du muscle piriforme et irradiant principalement derrière la cuisse, parfois au mollet et plus rarement jusqu'à l'arrière de la cheville et au pied.

La douleur peut également être ressentie dans le bas du dos, à la hanche, à l'articulation sacro-iliaque et, dans certains cas, à l'aine.

L'examen déclenche une douleur au niveau de l'insertion trochantérienne du piriforme, à l'appui de la région médiane de la fesse lors de la mise en adduction - rotation interne de hanche et en bout de doigt au toucher rectal sur la paroi postérieure.

Dans les névralgies pudendales, on le retrouve associé dans environ un cas sur trois.

Le piriforme fait le pont entre la hanche et le sacrum. Son origine est en étroite relation avec l'articulation sacro-iliaque. Ainsi, le syndrome du piriforme s'accompagne souvent d'une irritation de l'articulation sacro-iliaque.

Les causes les plus fréquentes du syndrome du piriforme sont :

  • les trauma de l'articulation sacro-iliaque
  • les périodes de changements hormonaux (règles, grossesse, contraceptifs oraux, hormonothérapie de remplacement).

Cette dernière cause explique pourquoi il y a 6 fois plus de femmes que d'hommes qui sont atteinte du syndrome du piriforme.

La position assise prolongée en voiture ou le fait d'être souvent debout pour de longues périodes, accentue le syndrome du piriforme.

A l'examen clinique : Les signes fonctionnels

Signes positifs :

Fessalgie seule ou sciatalgie irradiant à la face postérieure de la cuisse , ne dépassant pas le genou le plus souvent.
Facteurs aggravants :

  •  Station assise prolongée
  •  Montée d’escaliers
  •  Marche sur terrain irrégulier

Signes négatifs :

Absence de lombalgie et de syndrôme rachidien
Douleur non impulsive à la toux
Pas de signe de Lasègue

Les différentes étiologies provoquant le syndrome du piriforme :

Malformations anatomiques congénitales : fréquentes : 10 à 20 % de la population

Passage partiel ou total du nerf à travers le muscle

  • Division haute du nerf sciatique
  • Bande aponévrotique constrictive
  • Muscle piriformis bi-partite

Hypertrophies acquises du muscle piriformis par une surmenage :
la cause majeure est le plus souvent musculaire
lié à des troubles morphostatiques
lié à des activités sportives

= TECHNOPATHIES ou des activités professionnelles .

  • Hématome intra-musculaire post-traumatique .
  • Myosite ossifiante
  • Tumeur intra-musculaire ( exceptionnel )